Maman, autrice, mompreneur

L'humaine derrière la marque...

Je suis Anaïs Alliot , créatrice de GrandirZen.fr et  je souhaite vous partager mon histoire avec la parentalité, le Développement personnel et la génèse du projet Grandir Zen.

En bref  :
Bonjour, Je suis Anaïs Alliot, créatrice de la marque Grandir Zen

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu avoir des enfants. Quand le rêve a commencé à se concrétiser dans mon esprit et celui de mon compagnon, j’avais 23 ans. J’avais à cœur d’offrir à mes futurs enfants une éducation différente, même si j’avais reçu autant d’amour que j’en avais besoin. La science avait progressé et je pensais qu’il était de mon devoir de future mère d’apprendre. 

Ce que j’ai compris bien plus tard, c’est qu’à mesure que je me renseignais sur le développement du cerveau de l’enfant, les neurosciences et l’éducation positive, l’écart se creusait entre ce que je pensais devoir faire et ce que je parvenais à faire concrètement. Et ça a commencé dès la grossesse : rester zen, se reposer, se nourrir correctement, faire du yoga, se préparer, une tâche qui parait déjà immense !

Et ça ne s’arrête jamais. On ne va pas se mentir… élever un enfant, c’est éprouvant !

Montrer l’exemple, suivre ses valeurs, ses convictions, gérer ses propres émotions, son propre stress, un des plus gros challenges qui peut être donné à un être humain.

Avoir la vie d’un autre que soi entre ses mains. Et puis se battre contre nos réflexes d’éducation transmis, faire ressurgir des blessures.

Rassurez-vous, si je ne me suis pas arrêté à un enfant, c’est que le tableau est loin d’être triste et dépourvu de couleurs ! La vie avec un enfant apporte des joies uniques, des éclats de rire, le bonheur de chaque première fois, des fiertés, des émotions sans pareilles. La vie avec un enfant fait GRANDIR.

Out of the box

J’ai toujours été travailleuse, mais j’avais des difficultés d’attention, je pensais, parlais, m’éparpillais. Très rebelle et passionnée par des tonnes de choses, comme si mon temps sur Terre ne serait jamais suffisant pour tout explorer, j’ai un parcours scolaire assez chaotique.

Plutôt de profil littéraire, absolue fan de langues et de lectures, j’ai choisi de suivre un parcours scientifique à 16 ans pour devenir pédiatre, métier que je n’avais plus envie d’exercer quelques années plus tard, en fac de médecine. Je suis alors entrée en école de sage-femme et suivi le cursus jusqu’au milieu de la 2e année. Vraiment, sage-femme, ce n’était pas pour moi. J’enchaîne alors sur une fac de bio, pas vraiment passionnée mais je valide tout de même la licence qui m’amènera ensuite à découvrir la puissance des Master type MBA ! un peu de théorie, énormément de pratiques. j’y apprendrai l’art de la communication, du marketing, je travaillerais avec des entreprises et me formerais à la prise de parole devant des petits publics.

Petit retour en arrière : à l’âge de 23 ans, en pleine licence, je ne peux plus attendre ! Avec mon compagnon, nous décidons que le moment était venu d’avoir notre premier enfant. La petite graine de vie a décidé de s’installer dans ma trompe, grossesse extra utérine, pas si facile de donner la vie ! Julie, qui a maintenant presque 10 ans, s’est installée en moi alors que je débutais mon Master 1 sur Paris. 

Une grossesse stressante sur la fin et un bébé magnifique, je découvrais la puissance de l’amour inconditionnel.

Etant sur Paris, j’avais accès à des tonnes d’informations : livres, conférences, cercles de femmes, associations. J’apprenais, je dévorais tous les livres de parentalité positive qui me tombaient sous la main : Isabelle Filiozat, Faber et Mazlish Claude Didier Jean-Jouveau, que j’ai eu la chance de rencontrer dans un petit magasin parisien lors d’une réunion entre femmes, entre mères. Nous étions en 2011.

Adepte de l’éducation positive depuis plus de 10 ans je me suis naturellement tournée vers le Développement Personnel (ou DP pour les connaisseurs^^). Tout d’abord pour moi-même puis rapidement, pour ma famille. 

Après une troisième grossesse particulièrement éprouvante et une interruption médicale de grossesse, Zoé nous a choisi et a décidé de s’installer au chaud. elle est née en 2015. 

Ces épisode très douloureux m’ont permis, je l’ai réalisé bien après, de grandir et d’apprendre bien plus qu’aucune autre expérience de ma vie. Aimer un enfant que l’on ne connaitra jamais est douloureux, terrible mais c’est un amour puissant. Avoir été choisis pour être “paranges” est un cadeau, c’est ma vision personnelle évidemment.

La première année de vie de Zoé n’a pas été facile, j’étais épuisée, au-delà même, j’étais une maman zombie. Je me souviens de mettre la télévision en fond sonore, des épisodes déjà vus de Desperate Housewives histoire de ne pas devoir réfléchir, Zoé en écharpe 24/24.

13 mois…

C’est le temps qu’il nous a fallu pour trouver ce qu’elle avait : le syndrome de Kiss.

Un problème de cervicale réglé en 3 séances avec un ostéopathe spécialisé. Un vrai miracle. Je revis, tout le monde revit et des projets surgissent à nouveau dans ma tête à mesure que mon cerveau se remet en route…

Août 2017, Zoé a 1 an et demi et ça va mieux ! Je décide de « reprendre ma vie en mains » et je lis l’incroyable livre Miracle Morning de Hal Elrod. Le principe est simple : prendre du temps pour soi avant tout.

J’ai quitté mon premier (et dernier) CDI sur Paris et nous vivons maintenant à la campagne. J’ai imprimé des CV, je fais le tour des entreprises mais je n’y crois pas et je n’ai pas vraiment envie de repartir dans le salariat. Mon estime de moi est basse, je me sens incapable de tellement de choses après 3 ans et demi sans travailler.

Je pratique donc avec ardeur le Miracle Morning : yoga, méditation, lecture, écriture dès le réveil. Je crée un blog qui passera vite aux oubliettes.

Je crée un groupe Facebook pour partager mon expérience avec le Miracle Morning en tant que maman, seule ou en famille. Je m’y investis à fond ! Le groupe grandit et c’est un bonheur.

Via mon groupe, je fais la connaissance de Dimitri Carlet, le créateur du groupe Facebook et du site Side Hustle France. J’anime un peu son groupe et l’idée germe : pourquoi ne pas démarrer une activité en ligne, en parallèle de mon job de maman ? L’univers décide de me filer un coup de pouce et Dimitri me propose un travail de rédaction. Ecrire, oh my god oui ! C’est donc parti pour mes premiers services de rédaction.

Le jour où tout a basculé

L'impossible équilibre

Je prends des commandes, je crée ma société, tout va bien en apparence. En réalité, je jongle avec trop de balles ! Je me noie, je m’occupe de mes enfants quand elles ne sont pas à l’école, les mercredis, quand elles sont malades, fatiguées et puis, je ne suis pas une bonne gestionnaire. Résultats : je travaille les soirs, les week-ends, la vie devient compliquée et ce n’est pas ce que je veux.

J’apprends à me connaître, mes valeurs, la liberté, l’amour et le partage) ne sont pas respectées. Mes besoins, lire, prendre du temps pour moi, apprendre, faire du sport, être au contact de la nature, ne sont pas privilégiés. 

Au lieu de travailler pour les autres, est-ce que je ne travaillerais pas sur mes propres projets ?

La naissance de Grandir Zen

Anaïs Alliot, créatrice de la marque Grandir Zen

Grandir Zen, c’est d’abord un blog, des informations offertes, des centaines (milliers?) d’heures de recherche, lecture, rédaction, apprentissage. C’est l’histoire d’une passion et d’une mission de vie.

D’une femme, d’une maman, qui a commencé à créer des outils pour aider ses enfants et qui a souhaité les partager et RAYONNER !

C’est mon histoire mais aussi celle de toutes les personnes qui m’ont soutenues à un moment donné. 

Tout a basculé l’été 2019, quand je me suis cassé le pied le premier jour des vacances à la montagne, aïe ! Quelle déception, tout ce que j’avais prévu tombe à l’eau, j’ai été bête, impulsive, j’ai grimpé sur un bout de bois mouillé et plein de boue, du 100% Anaïs !

Assise sur la terrasse de l’appartement de location, seule pendant que ma famille faisait des randonnées ou de la luge, je me dis qu’il serait chouette de reprendre tout ce que j’ai partagé sur le blog et de créer un vrai cahier pour les enfants. Voilà comment est né le tout premier cahier Grandir Zen.  

La rencontre avec Audrey, maman zen et zèbre !

Pour créer un nouveau cahier et aider les enfants à remplir leur réservoir de confiance en soi, j’ai décidé de m’entourer de personnes talentueuses et bienveillantes. Audrey Janvier est une illustratrice pour enfants rencontrée elle aussi sur le fameux groupe Facebook créé 2 ans avant. L’histoire du cahier Confiance en soi commence et me donne des ailes. J’y ajoute la magnifique voix de Lili White et c’est parti pour l’aventure. 

Les créatrices du cahier Confiance en soi Grandir Zen

Avec deux enfants “Atypiques” à la maison, les journées sont chargées émotionnellement et physiquement. Alors, je me concentre sur les forces de chacun, nos lumières. Je me forme à la communication bienveillante, à l’accompagnement des enfants TDAH, je lis sur tout : le haut potentiel, les “dys”, je suis avide de savoir et surtout, j’ai besoin de me sentir utile, d’aider.

Je m’intéresse à la quête du bonheur et je crée mon propre équilibre. Je me sens active et non spectatrice et ça, c’est un vrai déclic. Je crée mon propre bonheur.

Là encore, comme dans mon travail, je vis de nombreux échecs.

Parmi tout ce que j’ai réussi à mettre en place avec Julie, rien ne semble fonctionner pour Zoé. Elle n’aime pas méditer, faire de jeux de société, de puzzle, les ateliers Montessori sont impossibles à mettre en place, elle aime cuisiner, nettoyer, jouer, explorer, aller dans la forêt, c’est une enfant casse-cou, pleine de vie et qui a besoin de bouger. 

Je comprends que tester, échouer, recommencer, est le secret de l’apprentissage et de la réussite. Montrer à mes enfants mes failles, mes erreurs et comment je suis capable, la plupart du temps, de les accepter. 

Les enfants atypiques

Comment apporter équilibre et apaisement à ma famille

Tous comme nous, les enfants sont cycliques et évoluent sans cesse. Ils peuvent changer d’avis, aimer une activité qu’ils repoussaient quelques semaines ou mois plus tôt, être fatigués, voire épuisés. 

Leur offrir un espace de libre partage et d’échange, c’est ce que j’ai toujours souhaité.

Pas toujours facile dans un quotidien parfois surchargé, quand on a l’impression de courir partout !

Je voulais mettre en place des activités durant lesquelles mes enfants pouvaient être actifs et qui leur apportent des bénéfices émotionnels, intellectuels, etc. Des activités qui ne prennent pas trop de temps et ne surchargent pas les emplois du temps.

Adepte du yoga, des mandalas, des challenges de mieux-être et autres activités qui poussent à la « zen attitude », j’ai naturellement montré l’exemple à mes enfants.

Tout commence avec l'état d'esprit

J’aime apprendre, je ne passe pas un jour de ma vie sans apprendre ! Et c’est une grande chance parce que ces apprentissages constituent chaque jour des petits ou grands moments de bonheur.

J’ai testé plusieurs activités, je me suis baladée sur la toile, mais aucune ne correspondait à ma vision de la vie et des besoins de mes enfants. Il fallait que ce soit ludique, créatif et que ces activités puissent leur donner des outils « réflexes » qu’ils pourraient garder toute leur vie, comme des cadeaux. 

Comme un adulte qui évolue au fur et à mesure de son chemin de vie et fait entrer dans son quotidien des pratiques telles que la méditation, le yoga, la lecture, la visualisation, la respiration, etc., je souhaitais trouver des ressources ou activités qui accompagneraient mes enfants toute leur vie. Et ces bénéfices, ils pourraient les transmettre autour d’eux, à d’autres enfants, aux adultes ou à leur future famille.

Je me suis donc mise en quête d’informations et de ressources pour aider mes filles au quotidien, dès leur plus jeune âge. 

Et j’ai vite été contaminée par le virus de la parentalité positive et des outils de Growth Mindset. J’ai été happée par la Science du Bonheur et le pouvoir de l’effet cumulé : des petites habitudes quotidiennes peuvent créer de grandes choses !

Quand le Growth Mindset entre en scène…

Connaissez ce terme anglophone, le Growth Mindset  ?

Oui ? Alors, vous faites partie des privilégiés, des pionniers.

Non ? Pas de souci, je vous livre une rapide explication.

Le Growth Mindset, ou la mentalité de croissance (magnifique terme j’en conviens) est un terme qui a été inventé suite aux découvertes du Dr Carol Dweck. 

Comment je l’ai découvert ? Aucune idée ! Honnêtement, je ne m’en souviens même plus. Chaque jour, j’apprends, j’explore, je lis des articles, je regarde des vidéos et cette notion est venue à moi, à la croisée des chemins entre ma passion pour le développement personnel, le monde de la communication, l’esprit d’entreprise et l’éducation positive et bienveillante.

Pour nos enfants et pour résumer, je dirais que c’est donc un état d’esprit positif de soi envers soi, mais aussi des autres envers soi. Je crois en moi, les autres m’encouragent, mes parents me fournissent un environnement positif et stimulant (et pas dans le sens compétitif et stressant, entendons-nous bien) et mon intelligence a toute la liberté de grandir en même temps que mon corps. Et tout le monde est content !

Vision utopiste ? Peut-être un chouilla ! Mais si je ne l’ai pas, qui l’aura ?

Transmettre l'envie de vivre et le bonheur !

Le bonheur, ça s’apprend. Accompagner son enfant jour après jour, l’aider à grandir, s’épanouir et être heureux, ce n’est pas une mince affaire ! Encore moins quand on n’a pas appris soi-même.

Le bonheur est une vraie Science (Science of Hapiness) et nécessite un travail sur soi-même conséquent sur son état d’esprit, sa vision du Monde, ses forces, ses échecs, etc.

Il est essentiel pour moi, à travers le contenu que je vous propose, de vous mettre sur le chemin de la confiance en soi, de l’acceptation et du bonheur. Quel que soit votre âge !

Vous fournir des ressources pour que chaque jour, chaque petit pas vous conduise à plus de sérénité et de paix intérieure.

Parce que s’il y a bien une chose qui est essentielle pour être heureux dans la vie, c’est que nos actes soient en accord avec nos convictions et surtout, nos valeurs. Vous savez, ces valeurs comme le partage, la générosité, la liberté, etc.

Donc, être parent, ou enseignant et suivre un chemin qui n’est pas le bon pour soi, c’est la lutte intérieure assurée. Si, en revanche, vous prenez un peu de temps pour lire, tester, vous faire votre propre avis, c’est gagné !

10 ans plus tard...

Après de nombreux échecs et apprentissages, je suis aujourd’hui heureuse d’avoir eu l’opportunité de créer la collection les Cahiers et Carnets Grandir Zen avec 3 produits publiés, un programme et un autre en cours de préparation. 

Mes valeurs comme le partage, la bienveillance, la confiance, prennent ici toutes leur place et j’ai foi en l’avenir. 

La parentalité positive m’a mise sur la voie du développement personnel, d’une bien meilleure connaissance de moi-même, du sens de ma vie et donc, du bonheur. 

Et c’est tout ce que je vous souhaite également !

Anaïs

 

Vous ne savez pas par où commencer sur mon blog ? 

>> suivez le guide !

 

Pour me contacter : contact@grandirzen.fr

Partagez
Enregistrer2
Tweetez
2 Partages